WE face Est en vanoise, part 2 (le 05/04/09)

Publié le par Olilene

Dent Parrachée, face Est en traversée

Vanoise

D+/D-:
1200/2400 (dont 2200 de ski)
Cot:  5.2, 300m à 45° pass 50° puis un gros 40° sur 400m.
Neige:Dans la face, 20-30 de poudre assez légère.
Petite plaque déclenchée localement sous les skis au pied de la partie raide dans une contre pente SE avec fond dur (peu d’accroche entre la fraiche et la dure). Retour par les belles places en moquette extra puis avec fond de moins en moins portant jusqu'au ruisseau de bonne nuit.
Météo: Nuages d'altitude venus d'Italie au petit matin, dégagé vers 9h00 puis nuage qui monte et descend dans la face.
Participants: Nico W., Stéphanie, Olivier et Hélène


Après un acceuil très sympathique par Franck le gardien du refuge de la dent parrachée, qui s'est bien amusé à chambrer Nico (il avance pas, il boit pas de Génépy, il déjeune avant tout le monde c'est quoi ce garçon ?!  ), nous quittons le refuge sous un ciel couvert en altitude. La motivation baisse d'un cran et nous montons en prenant notre temps en espérant que le lever du soleil dissipe ces nuages venus d'Italie.
Finalement dame météo est avec nous puisque à partir du col de la loza les nuages se dissipent et nous atteingons le sommet sous un franc soleil

Les derniers mètres avant le sommet avec
la pointe de l'echelle en toile de fond.

Stéphanie (dont c'est la seconde rando cette année, et la seconde depuis 3ans ...) entre ombre et lumière.

Arrivés au sommet au soleil, 5 minutes après un nuage importun vient nous enquiquiner. Après quelques minutes d'attente il se lève et on en profite pour plonger dans la face E. Il faut un peu fouiner pour trouver le bon itinéraire car la partie raide sommitale est très rocheuse, avec 2 ressauts à négocier. Dans les 2 cas nous les franchirons en rive droite, en dérapage au milieu des cailloux.

Dans la rive droite du premier ressaut, 50m sous le sommet.

Au tour de Nico et Stéph

Après ce ressaut la pente s'énerve un peu surtout dans la contre pente en rive gauche. La neige est à la fois croutée et collante donc bien délicate. On assure le coup surtout qu'on ne sait toujours pas ce qui nous attend plus bas.

Hélène à la sortie du crux .

Au pied du second ressaut qui marque la fin du bastion sommital. On voit la rupture de la petite plaque déclenchée par Hélène. A cet endroit, légèrement orienté SE, il n'y avait aucune accroche entre la neige récente et le fond dur.  Aussi nous poursuivons prudement sans trop nous éloigner des traces laissées par cette purge. Au final, dans les orientations plus Est, il y avait une bonne cohésion entre les couches mais on n'est jamais trop prudent.

Hélène contemple l'entonnoir de sortie de la face qui est vraiment bien rempli.

La pente se calme, la neige est bonne et on peut se lacher en grandes courbes.

Le cône est vite avalé et une traversée suivie d'une courte remontée (en escaliers ou à pied, au choix) nous permet de franchir la crête des belles places.
















L'envie de grimper revient...ou pas
























Il reste encore 1400m de bon ski jusqu'au déchaussage terminal vers 1450 dans le ravin de bonnenuit.

Après la poudre dans la face Est, c'est de la bonne moquette qui nous attend avec un fond de plus en plus mou au fir et a mesure que l'on descend, mais le ski reste agréable quoique physique pour les cuisses.

 















Dans le ruisseau de bonne nuit, ca passe encore bien mais pour combien de temps?...

























Le déchaussage final après 2200 m de descente variée. 200m de portage dans les prés et on rejoint la route entre Termignon et Aussois .

Il ne reste plus qu'à faire un peu d'autostop pour rejoindre Aussois où nous attendent nos véhicules.

Publié dans Ski

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Moi j'aurai dit plutôt sur la dernière .. ;-))
Répondre
L
c'est qu'il à l'air méticuleux le nico sur la photo 5
Répondre
M
C'est beau cette dernière photo! ;)
Répondre